vendredi 6 février 2015

Quelques orpins



Il faut être plutôt brave pour se lancer dans la description des orpins vu que même les spécialistes ne semblent pas pouvoir s'accorder sur la nomenclature. Dans quelques articles précédents, plusieurs commentaires portaient sur les nombreux changements que les taxonomistes semblent apporter à des noms qui nous étaient familiers depuis belle lurette. C'est particulièrement le cas des orpins. Nombreux sont ceux qui se ressemblent. On dit même que certains ne sont différenciés que par le nombre de chromosomes.  Quoi qu'il en soit, dans le présent article, j'ai simplement tenté d'identifier certains des orpins qui poussent bien à Roche Fleurie.

 Comme l'image qui accompagne le titre de ce blog le laisse entendre, le orpins se plaisent énormément chez nous. Au cours des années, nous en avons plantés de nombreuses variétés qui, pour la plupart, ont prospéré et se sont multipliés. Bien sûr, quelques-uns sont plutôt envahissants mais demeurent faciles à contrôler.  Certains, comme par exemple S populifolium. ne se ressèment pas du tout et leur croissance est lente. Il en existe pour presque toutes les situations. En hiver, j'ai souvent vu, dans son habitat naturel sur la côte ouest du continent, sedum spathulifolium pousser allègrement dans un filet d'eau, mais sur la face verticale d'une pierre où le drainage était parfait.

Rhodiola pachyclados; un des plus beaux orpins

Le nom sedum a une origine intéressante. Apparemment, les Romains plantaient des orpins sur le toit de leur maison car l'orpin était réputé protéger de la foudre. Le nom sedum serait dérivé du Latin 'sedo' (calmer). 


'Angelina'
Le sedum rupestre 'Angelina' est une variété relativement récente qui est rapidement devenue très populaire. Sa fleure est jaune comme son feuillage mais c'est surtout ce dernier qui est apprécié. On peut constater à quel point il est prolifique dans la photo qui suit où il forme une large bordure le long d'une plate-bande.

Le sedum ewersii a un feuillage particulièrement intéressant
Le sedum requieni n'a pas du tout l'air d'un orpin, mais est très semblable à l'herniaria. Il couvre les pierres comme le thym rampant.



Sedum sexangulare est très semblable au sedum acre bien qu'un peu plus grand. Il se resème comme ce dernier.


Le sedum sieboldii mediovariegatum n'est pas très vigoureux. Sans doute le fait qu'il soit panaché nuit à sa photosynthèse.
Deux Phedimus kamtschaticus, la variété 'variegatum' et, en dessous,'ellacombianum'
Sedum acre sur le point de fleurir. Bien que ce soit une plante européenne, bien des gens croient qu'il s'agit d'une plante indigène car elle est omniprésente dans la région, où elle couvre et fleurit les pierres calcaires.
Je termine avec deux de mes orpins préférés Phedimus (Sedum) aizoon que j'ai obtenu d'un échange de semences. De taille moyenne, il est plus gros que la majorité des orpins mais la moitié de la taille des variétés du type "spectabile" tel que sedum telephium 'Matrona' (dernière photo). Le contraste entre le rouge-rouille des tiges et le jaune des fleurs de aizoon est particulièrement agréable. Cette grosse touffe de 'Matrona' est le résultat d'une petite bouture que mon amie Édith m'a donnée il y a 5 ans, alors que Aizoon est resté de la même grosseur au cours des années.

Phedimus aizoon
Hylotelephium telephium 'Matrona'

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

N'hésitez-pas à faire un commentaire.