mardi 7 avril 2015

Protection des rosiers en hiver - méthode canadienne

Click here for the English version

Comme la terre est renflée à l'équateur et plate aux pôles, la médiane entre l'équateur et le pôle nord est en fait 16,2 kilomètres au nord du 45e parallèle. Cela signifie que Roche fleurie chevauche cette médiane et que nous sommes à peu près à la même latitude que Grenoble, Turin, Simferopol en Crimée, Xinjiang en Chine, Hokkaidō au Japon, le Michigan et le Wisconsin aux États-Unis. Cependant, notre climat et celui de ces deux états du nord des États-Unis est bien loin d'être semblable à celui de Grenoble et Turin. En effet, ce n'est que ces derniers jours que les dernières neiges sont fondues.





Vous vous demandez peut-être qu'est-ce que tout cela a à voir avec les rosiers. Vu que nos hivers sont très rigoureux, les rosiers doivent être bien protégés.  C'est dire qu'ils doivent être allongés sur le sol pour assurer qu'ils soient couverts par la neige en novembre et en décembre si bien que lorsque les grands froids de janvier et février arriveront, les rosiers seront protégés par la neige accumulée.  En effet, sous une bonne couche de neige, la température du sol demeure constante à environ 0 C, peu importe la température au dessus de la neige.

Rosier couché sous une planche pour assurer qu'il reste couvert de neige en hiver



Toutes les plantes grimpantes qui ne sont pas très rustiques sont traitées de la même façon. Dans la photo ci-dessous, on peut voir une branche de Pyracanthe dont le faîte se trouvait au dessus de la neige quand il a fait très froid. Cette partie est morte mais les branches plus basses qui étaient couvertes  ont survécu, comme 90 % de la plante qui est encore couverte de neige dans la photo.


Maintenant que la neige est finalement presque toute fondue et qu'il n'y a plus de danger de températures très froides, ces rosiers peuvent sortir de leur abris hivernal et être ratachés au trellis. C'est aussi le moment de les tailler. La première étape de cette taille est simple. Elle consiste à enlever tout ce qui est mort pendant l'hiver.  Heureusement cette année, le gel n'a fait aucun dégat.



Rosier prêt à être « relevés » après un hiver sous la neige


Sous un climat rigoureux comme le nôtre, le fait qu'il y ait beaucoup de neige est un avantage. À Roche fleurie, lorsque la neige commence à s'accumuler, habituellement elle ne fond pas avant le printemps. Au sud d'ici, où les hivers sont plus tempérés même s'ils demeurent froids, il survient parfois des doux temps et la neige fond en plein hiver. Lorsque le froid revient, les rosiers ne sont plus protégés et sont endommagés s'ils survivent.  Nous n'en avons perdu aucun l'an dernier mais il y avait un peu de dommage. Le plus frustrant c'est lorsque un rosier grimpant gèle près de la base alors que la partie supérieure n'est pas affectée. Il faut alors tout couper. Cette année le manteau de neige a bien protégé.


Même ici, le printemps s'en  vient!


1 commentaire:

  1. très intéressant quand nous étions dans la maison de la rue St-Pierre j'avais un très beau rosier grimpant mais en le changeant de place il est presque mort, j'aurais don du le protéger. ici j'en achèterai un quand j'aurai trouver un endroit qui lui sera favorable
    Bye Thérèse xxx

    RépondreEffacer

N'hésitez-pas à faire un commentaire.